Lettre du jour à la Tribune de Genève

Mon article rédigé et envoyé à la Tribune de Genève. Publié le 23 février 2007 tel quel.

Lourd silence des enfants khmers,

Après avoir subi tour à tour la guerre et les bombardements massifs des B52 américains, le régime de terreur des Khmers rouges , l’invasion et douze ans d’occupation vietnamienne, le Cambodge était ruiné et exsangue. En 1979 le Cambodge a fait un bon en arrière de plus d’un siècle. Aujourd’hui je ne vous écris pas à ce sujet car une autre histoire sordide traverse ce pays et c’est tout l’équilibre de ce dernier, son avenir qui est menacé. Les enfants sont l’avenir, ils sont innocents et n’ont en aucun cas à subir les erreurs des adultes et pourtant c’est ce qu’il se passe au pays des Khmers depuis plusieurs années. Peu de gens savent, entendent ou veulent entendre. Il y a une véritable mafia, trafic d’enfants. Les maquereaux ont pleins pouvoirs car ils ont l’argent. Une fille rapporte à peu près quinze dollars par passe, elle en fait entre cinq à quinze par jour. Avec une centaine de filles au travail, ça fait dans les sept mille cinq cents dollars par jour, plus de deux cent mille dollars par mois. Avec de tels gains ils peuvent soudoyer tout le monde (police-juges).Les parents vendent leurs enfants dès l’âge de cinq, six ans en échange d’une centaine d’euros. Dans les bordels, les jeunes se prostituent pour cinq cents riels (quinze centimes d’euro). Somaly Mam fut l’une d’elle. Elle a créé AFESIP pour sauver ces enfants mais sa vie et celles des autres et sans cesse en danger. Menacée par le canon d’une arme sur sa tempe à maintes reprises. Ne gardons pas le silence, il profite aux maquereaux et non aux enfants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*